Mi-décembre 2013

 

 

Une information me parvient :

Un contrat de mariage entre Joseph Nielly & Madeleine d'Arcussia établi en 1662 par Maître Blanc, notaire à Saint-Martin de Pallières .

A la réception du contrat, une difficulté et une nouvelle surprise se présentent :

* La lecture est laborieuse : il me faut mettre à l’épreuve mes modestes connaissances en paléographie… Fort heureusement d’autres yeux s’y pencheront aussi, ce sera une transcription "collaborative".

* Dans l’exposé fait par le notaire sur la filiation de l'épouse, Madeleine, le patronyme du père est à nouveau absent.

Cela paraît surréaliste ! La répétition de cette lacune devient très suspecte...

Pourquoi taire le nom du père alors que le patronyme de Madeleine ne laisse pas de doute sur son appartenance à la famille d'Arcussia, et que de plus, elle est qualifiée par le notaire de : 

 " [...] filhe de la Maison d’Esparron et d’Honorade Rebufade [...] "

Madeleine, épouse Nielly, serait-elle une troisième enfant de Louis et d’Honorade ?

Le contrat de mariage ne nous apporte pas la preuve directe de la filiation de Madeleine du côté paternel, cela est bien décevant.

Cependant, il nous donne deux indications capitales :

1/ Madeleine

est la fille d’Honorade Rebufat du lieu d’Esparron, laquelle est la marraine de sa fille Anne en 1663.

 

2/ Madeleine

 porte le nom de d'Arcussia et elle est dite " filhe de la Maison d'Esparron ".

Il est fort probable qu'elle soit, elle aussi, la fille de Louis d’Arcussia d’Esparron & très invraisemblable qu'Honorade  ait eu une enfant prénommée Madeleine avec l'un des fils de la famille d'Arcussia, puis deux autres enfants - Anne et Jean-Baptiste - avec Louis un autre des fils d'Arcussia. Non,  je n’y crois guère, d'autant que le chevalier Louis d'Arcussia est, comme nous l'avons vu, le parrain de Louys Nielly le fils de Madeleine. Cette dernière devrait donc être la sœur de Jean-Baptiste et d’Anne d’Arcussia, tous deux reconnus postérieurement par « Noble Louys ».   

NB : Frères et sœurs : germains = de même père et mère ; consanguins = de même père ; utérins : de même mère

 

Mais, il est impossible de vérifier si elle a été reconnue après son baptême, les registres de Ginasservis couvrant la période présumée de sa naissance - qui peut être calculée entre 1645 et 1648 - ont disparu.

A cet instant, le mystère entourant Louis, le père présumé, reste entier...

Croix
Croix

 Christine  Martinez-Augias  *

Merci de citer ce travail personnel dans vos sources & de ne pas reproduire,

tout ou partie, du texte et images sans autorisation.

Bonne visite 

©