Avril 2014

"Le Mystère de la Troisième Madeleine"

Marseille, le 10 novembre 1705.

Un mariage suscite une vive interrogation. Il, est célébré entre

Jacques Guillerague & Marie Anne Toupin

La mère de l’épouse est une certaine "Madeleine Darcussia" du lieu de Beaumont.

Une union célébrée entre deux personnes, n’appartenant pas à la noblesse provençale,

dans laquelle apparaît le patronyme "d’Arcussia", comment ne pas penser à une descendance potentielle du Chevalier Louis ?

      L'acte de mariage du 10 novembre 1705 donne la filiation de l'épouse 

  « [...] Marie Anne TOUPIN fille de feu André et de feue 

     Madeleine Darcussia du lieu de Beaumont âgée d’environ 26 ans

      dans le diocèse d’Aix habitant dans cette ville au susdit endroit

      notre paroissienne d’autre [part] ledit mariage a été fait avec l’attes-

      -tation de sieur curé de la Tour d’Aigues sur l’état libre et la mort des

      parents de la dite Toupin […] ».

Par ailleurs, les registres consignent un autre mariage religieux, celui de la sœur germaine - leur filiation étant similaire - de Marie Anne. Le 23 juillet 1715, Louis Fille et Françoise Toupin se marient, la mère de la mariée est à nouveau une certaine "Madeleine Darcussia", épouse d'André Toupin.

"L’an mil sept cent (*quinze) et le vingt troisième juillet, […]

le mariage par paroles de présents entre Louïs Fil [l]e fils de […]

d’une part et hon(n)ête fille Françoise Toupin fille de feu André et de Feue Magdelene Darcussia de la Tour

d’Aigues […]".

 

 Si l'on prend en considération l’époque, les lieux où se déroulent les faits et le patronyme « d’Arcussia» porté par une roturière, nous ne sommes pas à l’abri d’un rebondissement !

Nous faudra-t-il ajouter une fille à la descendance du chevalier Louis en la personne de cette Madeleine d’Arcussia ?

Nous serions alors en présence d’une Troisième Madeleine fille de Louis et d’Honorade ! Établir la filiation de la « suspecte » devient une priorité !

Afin de valider l’hypothèse émise, nous partons à la recherche d’un acte de mariage : celui d’André Toupin et Madeleine d’Arcussia, les parents de Mesdames Guillerague et Fille.

C’est dans cet acte dont l’existence est encore incertaine que nous pourrions obtenir la filiation de Madeleine d’Arcussia, la mère des deux jeunes mariées : Marie Anne et Françoise. Mais cette recherche reste infructueuse. Pour contourner cet obstacle, nous nous attacherons à retrouver - s’ils existent - d’autres descendants du couple Toupin / d’Arcussia. En effet, les actes relatifs aux enfants peuvent parfois donner des pistes à suivre, si l'on est chanceux...

 La chance nous sourit ! Madeleine d’Arcussia a mis au monde de nombreux enfants.

Les registres de Saint-Paul-lez-Durance et de Corbières - deux charmantes localités situées non loin d’Esparron de Pallières - en ont gardé la trace. Leur lecture révèlera que le couple Toupin y avait élu successivement domicile durant une quinzaine d’années.

 

Bien que distantes de quelques kilomètres seulement, ces petites « communautés » sont aujourd’hui situées  à cheval sur quatre départements de la région PACA :

 - Corbières dans les Alpes-de-Haute-Provence; Beaumont de Pertuis dans le Vaucluse ;

 -  Saint-Paul-lez-Durance dans les Bouches-du-Rhône;

 - Ginasservis,  Esparron de Pallières et  Saint-Martin de Pallières dans le Var.

 

 

Nous identifions sept enfants issus de l’union Toupin / d’Arcussia :

cinq filles et deux garçons tous natifs de Saint-Paul-lez-Durance et de Corbières.

 

 

Dans l’ordre des naissances :

 

Geneviève Toupin : née le 5 janvier 1672 à Saint-Paul-lez-Durance.

Parrain : Pierre Bourgeois du lieu de Saint- Martin de Pallières, ce lieu ne nous est pas inconnu …

Marraine : Geneviève Plantade sa grand-mère.

Nous n’apprendrons que plus tard qu’il s’agit de la grand-mère paternelle.

A noter : elle est la fille d’André Toupin et de « Magdalène DERCUSSIA »

 

 

Jean Toupin : né le 15 septembre 1674 à Saint-Paul-lez-Durance.

A noter : il est le fils d’André et de « Magdalène DERCUSSIA »

Françoise Toupine : née le 14 février 1677 à Saint-Paul-lez-Durance. Il s’agit de la future épouse de Louis Fille. Françoise décèdera le 5 mai 1716, un mois seulement avant la date du remariage de son époux.

A noter : elle la fille d’André et de « Madon DERCUSSIA »

 Christine  Martinez-Augias  *

Merci de citer ce travail personnel dans vos sources & de ne pas reproduire,

tout ou partie, du texte et images sans autorisation.

Bonne visite 

©