"Mariage au Fort de Brégançon"

- Le 5 Avril 1655 -

 

Contrat de Mariage

" fait et publie dans la salle de la presante Forteresse de Bregançon"

Le 5 Avril 1655

"Entre noble Ellizée Darcussia Sieur d'Esparron

  & 

 Damoiselle  Margueritte de Bertaud "

 

 

"Le cinquième jour du mois d’apvril advant midy

sous le regne du tres chrestien Prince Louis quatorziè[me] du nom, par la grace de Dieu, Roy de France & de Navarre [...]

 mariage ayant ete arreste & acorde entre Noble Ellizée Darcussia Sieur d’Esparron de la ville dyeres , fils à feu Noble François Darcussia seigneur dudit lieu et de feue Damoizelle Margueritte de Gasquy d’une part et Damoizelle Margueritte de Bertaud filhe de Noble Louis de Bertaud Gouverneur pour le Roy en la presante forteresse de Bregançon et de feue Damoizelle Janne De Baud de Saint Gilles d’autre […] »

 

 

 

  La future épouse : Marguerite de Bertaud, fille de noble Louis, Gouverneur de Brégançon, et de feue Jeanne de Baud de Saint-Gilles. Nous savons qu'elle est âgée d'environ 19 ans. En effet, lors de son décès, en 1708 à Hyères, elle aurait eu environ 72 ans. Dotée par son père, de la somme de 20 000 livres, entièrement déposée le jour du contrat entre les mains du futur époux Élisée, lequel en accuse réception. A cette somme, viennent s’ajouter : coffres, dorures, joyaux, robes, linges et autres ornements :

 

" [...] pour elle audit Sieur d’Esparron son futur expoux presant stip[ulant] la somme de vingt mil livres

Et outre ce les coffres dorures joyeaux robes linges autres ornemants de ladite Damoizelle […]

laquelle somme de vingt mil livres ledit sieur d’Esparron confesse avoir heue et reallemant et effectivement recue [...]

en notre vue  & presance et devant les tesmoings sy bien que ledit Sieur d’Esparron paye et entierement satisfaict

desdites vingt mil livres [...] promettant ledit Sieur d’Esparron de recognoistre et

assurer tout ce qu’il aura et retirera du dot et droits de laditte Damoizelle sa future femme [...] "

 

  Les futurs époux se font donation mutuelle et prévoient le versement d’une pension de 330 livres au profit de la future épouse en cas de veuvage.

 

  Le futur époux : Élisée d’Arcussia, Sieur d’Esparron, âgé de 26 ans,  fils de feu noble François et feue Marguerite de Gasquy, résidant en la ville d’Hyères. La filiation maternelle d’Élisée d’Arcussia le place au sein de la famille de Gasquy qui occupa longuement la terre et la seigneurie de Brégançon...

Les Armes de la Maison de Gasquy  

"Escartellé en bande d'Or & de Gueules, avec deux roses & deux fleurs de lys de l'un en l'autre"

    Entre les de Gasquy et le rocher de Brégançon c’est une longue histoire. Dès la fin du 16e siècle, ils occupèrent les lieux durant une centaine d’années. Originaire de Manosque, le premier qui vint s’y installer et y fonder sa famille se prénommait Melchior

[ou Melchion]. Engagé au côté de Hubert de Vins, chef des catholiques de Provence, il se retrouva sérieusement compromis dans l’assassinat du frère du baron d’Oraison, Helyon d’Oraison sieur de Barles, dont le père Antoine d’Oraison était le chef des calvinistes en Provence. Melchior cherchant la solitude, tourmenté par ses exactions passées, trouva refuge au fort. A son arrivée, tout n’était que ruine et désolation, il entreprit de reconstruire la forteresse et ses murailles sur ses propres deniers.

 

   « [...] L’on assurait que ce n’était point des mains pures d’un sang ami qui réédifiaient ces vieilles murailles et reconstruisaient à la longue et avec tant de peine, une enceinte autrefois formidable [ ...]

sa conscience retrouva la paix qui semblait l’avoir abandonné [...] » A. Denis

 

    « Il y eut jadis un vieux capitaine, nommé Melchior Gasqui, ancien gentilhomme de Manosque, devenu seigneur de la terre de Bréganson, lequel avait eu le malheur de commettre un meurtre, qu’il ne pouvait se pardonner. Il résolut d’expier son péché par des débauches de bienfaisance, et un jour, s’étant emparé de la galiote de Toulon, il rompit la chaîne des forçats, que, selon l’expression du chroniqueur, « il remit d’une très franche courtoisie dans leur première et tant désirée liberté... » Revue des Deux Mondes - 1894.

 

    Melchior de Gasquy

Il fut nommé capitaine pour le roi du fort de Brégançon en 1582 et pourvu en 1597 d’une charge de capitaine de galère ;

il avait épousé Anne Blanchard. Le couple aurait eu huit enfants, dont Marguerite de Gasquy, la mère d’Élisée...

 

    Entre 1614 et 1617, Marguerite de Gasquy et deux de ses sœurs, Diane et Catherine, se marient à Brégançon, ces unions sont célébrées en la chapelle du Fort. Le 24 avril 1614 Marguerite y épouse en premières noces Denis du Puget qui décèdera laissant sa veuve sans enfant, laquelle se mariera en secondes noces avec François d’Arcussia ...d’où Élisée qui naîtra en 1629...

Chapelle du fort de Brégançon, le 24 avril 1614.

Mariage entre noble Denis du Puget  & Damoiselle Marguerite de Gasquy

AD 83

  Puis, le 10 avril 1617, la chapelle du fort accueille la célébration des noces de deux des sœurs de Marguerite, Diane et Catherine, qui se marient le même jour avec deux frères : nobles Pierre et Paul de Chailan ...

 

Chapelle du fort de Brégançon, le 10 avril 1617.

Mariage entre noble Pierre de Chailan & Damoiselle Diane de Gasquy

AD 83

Chapelle du fort de Brégançon, le 10 avril 1617.

Mariage entre noble Paul de Chailan & Damoiselle Catherine de Gasquy

AD 83

 Nous avons déjà croisé, Catherine de Gasquy une des tantes maternelles d’Élisée.

En 1642 elle est marraine de Joseph de Clapiers du Puget le futur meurtrier de son neveu ...

 

 

 

Plans et cartes de la place de Brégançon

 

 

    Singularité de la seigneurie de Brégançon

 En 1574, la terre et seigneurie de Brégançon furent érigées en marquisat par Henri III. En raison de sa position géographique, le rocher présentant un intérêt stratégique certain dans la défense du royaume, il fut prévu que ce marquisat serait aliéné par une 

"servitude" au profit du roi qui se réserva "la capitainerie et le commandement de la forteresse". Ce statut particulier donna au marquisat une couleur particulière, une "cohabitation" s’instaura entre les différents seigneurs des lieux et les divers gouverneurs qui s’y succédèrent. En 1655 c’est Louis de Bertaud, le père de la future Madame d’Arcussia, qui y occupait le poste de gouverneur du roi. Les descendants de Melchior de Gasquy en étaient, eux, les seigneurs...

En 1655, le mariage entre Élisée d'Arcussia et Marguerite de Bertaud est, d'une certaine façon, une union entre voisins. Dès 1658 le couple donnera naissance à leur premier enfant, sept autres suivront...

  

 

Mis en ligne en février 2016

 Christine  Martinez-Augias  *

Merci de citer ce travail personnel dans vos sources & de ne pas reproduire,

tout ou partie, du texte et images sans autorisation.

Bonne visite 

©