Quant à la future épouse Anne Martine,

la filiation rapportée dans l’acte par le notaire ne nous surprend même plus.

Maître Blanc la présente comme il a présenté la Madeleine qui a épousé André Toupin :

elle est, elle aussi, la fille de feu

Claude Martin et d’Honorade Rebufat !

« Anne Martine fille de feu Claude et Honorade Rebuffade du lieu de Esparron de Pallières… »

 

 Cette nouvelle « Petite » Martine, sœur de Madeleine, serait-elle, elle aussi, une fille de Louis d’Arcussia notre chevalier ?

Ce n’est pas impossible, le contrat stipule qu’elle est assisté par un personnage que nous connaissons parfaitement bien :

 

Joseph Nielly : son beau-frère...

«  […] ladite Anne Martine avec la présence consentement et autorisation de ladite Honorade Rebuffade sa mère et …

de Joseph Niel bourgeois du lieu de Bras son beau-frère […] »

Ce Joseph Niel(ly) qui assiste la future épouse en qualité « beau-frère » serait-il l’époux de Madeleine d’Arcussia, fille de Louis et Honorade Rebufat, dont le mariage avec Joseph Nielly a été célébré en 1662 ?

De toute évidence cela est bien le cas, la signature du Joseph Niel(ly) qui assiste Anne Martine en 1680  et celle du Joseph Nielly, le père du petit Jacques en 1971, époux de Madeleine d’Arcussia, sont identiques …

Baptême de Jacques Nielly, Bras 1671.

  Fils de Joseph et de Madeleine d'Arcussia

AD 83

Puisque, comme le dit le notaire, Joseph Niel(ly) est le beau-frère d’Anne Martine : Anne Martine et Madame Madeleine Nielly sont sœurs. Sont-elles sœurs germaines - même père et même mère - ou bien seulement sœurs utérines - même mère et pères différents - ?  Là est la question…

Cette indication de parenté par alliance concernant Joseph Nielly est capitale.

 

Honorade Rebufat est donc à la fois :

 

 * La mère de Madeleine qui épouse Joseph Nielly en 1662, sa filiation paternelle est validée, c’est Louis d’Arcussia, chevalier de Malte, qui est le père de Madame Nielly.

 

  *  La mère de Madeleine qui épouse André Toupin en 1670 sous le patronyme Martine ; nous avons précédemment démontré que le père de Madeleine (Martine) d’Arcussia était Louis d’Arcussia.

Par quel stratagème au moment de son mariage porte-elle le nom de Martin, nous l’ignorons toujours…

 

 * Et la mère d’Anne Martine la future épouse d'Isnard Boyton.

 

Il est n’est donc pas impossible qu’Anne Martine future Madame Boyton soit, elle aussi, une fille du chevalier d’Arcussia et d’Honorade, d’autant qu’une certaine Anne est citée en troisième position dans le testament dicté par son père Louis en 1655 :

Si l’on ajoute à cela, un acte de baptême : celui d’Anne en 1652 à Ginasservis, fille d’Honorade Rebufat, comportant une mention marginale indiquant que « noble Louis Darcutia » est le père de l’enfant, la question mérite d’être posée...

 

Pour autant, la filiation paternelle rapportée dans le contrat mariage est déroutante.

Nous sommes en présence d’une Anne Martine sur le point d’épouser Isnard Boyton et d’une Anne d’Arcussia née en 1652,

 toutes les deux partagent la même mère : Honorade Rebufat…

 

Y a-t-il deux Anne ? Sont-elles issues de deux pères différents ou bien sont-elles une seule et même personne ?

 

Pour éclaircir cet imbroglio, voyons si le couple Boyton X Martine a eu une descendance.

Si c'est le cas, que nous diront les actes concernant les enfants sur le patronyme de leur mère ? ...

 

...Tous les actes rapportés sur cette page proviennent du site : Archives Départementales du Var...

 

 Christine  Martinez-Augias  *

Merci de citer ce travail personnel dans vos sources & de ne pas reproduire,

tout ou partie, du texte et images sans autorisation.

Bonne visite 

©